Geops (Geosciences Paris Sud)


Nos tutelles

CNRS

Nos liens

Rechercher




Accueil > Actualités

Echantillonnage en Argentine de l’avant-pays patagonien et de la chaine patagonienne (entre 44° et 47° de Latitude Sud)

Echantillonnage en Argentine de l'avant-pays patagonien et de la chaine patagonienne (entre 44° et 47° de Latitude Sud)

Douze jours de terrain ont été réalisés en Argentine dans l’avant-pays patagonien et dans la chaine patagonienne (entre 44° et 47° de Latitude Sud) fin janvier 2018. Cette mission a été organisé par GEOPS (Alexis Derycke), l’Université de Padova (Marie Genge, Massimiliano Zattin), ainsi que l’Université de Lille (César Witt) ; et avec la collaboration de l’Université de Naples (Stefano Mazzoli).

L’objectif de cette mission a été de récolter des roches sédimentaires détritiques dans l’avant-pays patagonien, ainsi que des roches plutoniques au cœur de la chaine. Ces prélèvements ont été effectués dans le but de dater, par des méthodes thermochronologique, le soulèvement ainsi que l’activité tectonique de la zone durant les 100 derniers Millions d’années.

Cette mission d’échantillonnage s’inscrit dans un projet de recherche visant à établir la relation géodynamique entre la Chaine Andine et l’avant-pays patagonien au niveau de ces latitude. En effet, la chaine andine est caractérisée par des contextes géodynamiques variables : slab plat, slab pentu, subduction de croute océanique d’âge et d’épaisseur diverse, subduction d’une paléo-dorsale… Et L’ensemble de ces contextes conduisent à une forte variabilité du couplage et de la propagation de la déformation depuis la chaine vers l’avant-pays.

Or, au niveau de la latitude 45°S, la dorsale active du Chili se trouve subductée depuis 10 Ma, ce qui provoque l’ouverture d’une fenêtre asthénosphérique sous l’avant-pays patagonien. Cette fenêtre induit le soulèvement de l’ensemble de la zone, s’ajoutant aux contraintes déjà existantes dues à la formation de la chaine andine. Ce projet s’attache donc, à travers deux projets doctoraux (débuté en octobre 2017) et plusieurs collaborations, à effectuer :

  • une analyse source-to-sink et thermochronologique du bassin de San Jorge
  • une analyse structurale et géochronologique de la déformation au sein des massifs de San Bernardo, et Deseado
  • une analyse thermochronologique de la chaine.

L’ensemble des analyses seront effectuées dans le but d’obtenir un calendrier précis de l’évolution géodynamique de la région.