Geops (Geosciences Paris Sud)


Nos tutelles

CNRS

Nos liens

Rechercher




Accueil > Actualités

Séminaire jeudi 3 Novembre 2016, 13h par Sébastien Leibrandt, GeolExplo

Séminaire jeudi 3 Novembre 2016, 13h par Sébastien Leibrandt, GeolExplo

Séminaire Jeudi 3 Novembre 2016, à 13h au 2eme étage du bâtiment 504, Orsay Sébastien Leibrandt, GeolExplo

« De la surveillance des éruptions volcaniques à la communication scientifique : de la recherche à l’entreprenariat »

Analyses morphométriques rapides des cendres volcaniques appliquées à la surveillance des éruptions
La morphologie des particules de cendres volcaniques apportent de nombreuses informations sur les processus de fragmentation et les mécanismes de transport et de sédimentation. La plupart des travaux précédents se concentrent sur la projection apparente en 2D de la forme des grains pour décrypter les processus éruptifs. Néanmoins, l’analyse texturale des grains reste une tâche fastidieuse, inappropriée pour la surveillance des éruptions. Mais l’avancée des nouvelles technologies sur la dispersion automatique des particules et les capacités numériques actuelles permettent l’acquisition rapide et à haute-résolution de milliers de grains qui résout cette limite. Nous avons développé un protocole de mesure en routine grâce à un morpho-granulomètre capable d’analyser 5000 particules en 35 minutes. L’analyse de cendres provenant de différentes phases éruptives du volcan Tungurahua (Equateur) et du Puy de Montchal (Auvergne) montre que l’on est capable de distinguer quantitativement différents dynamismes éruptifs. Par ailleurs, l’étude de la dispersion des cendres au sein d’un panache éruptif montre un fractionnement morphologique et ainsi l’influence de la morphologie des particules sur leur transport. Finalement, le faible temps d’analyse des particules et de leur traitement (< 2h) rend notre protocole applicable à la surveillance des éruptions. Ce travail a pour but d’établir à l’avenir une base de données de la morphologie des particules de cendres sur les volcans actifs à des fins de surveillance en routine.

La diffusion scientifique en Sciences de la Terre : quel rôle pour les laboratoires de recherche ?
Catastrophes naturelles, changements climatiques, au travers des médias en continu le grand public est confronté aux évolutions constantes de notre planète, et sa soif de connaissance pour les sciences est croissante (66 % des français en mai 2016, source IPSOS), notamment pour l’étude de la Terre. Le rôle des chercheurs dans la diffusion scientifique est ainsi primordial mais l’écart entre recherche et grand public est encore trop grand. Le développement des loisirs offre une belle opportunité de relayer la science de façon ludique, au quotidien, au travers d’actions de « recherche participative », passerelle entre le monde académique et le grand public. Les nouvelles méthodes de communication (e.g. MOOC) et les réseaux et médias sociaux sont aujourd’hui des outils indispensables à la construction de cette passerelle, surtout auprès de la jeune génération. Comment aider les chercheurs en géosciences à prendre le train en marche ? Cette intervention présente le regard d’un géologue universitaire devenu entrepreneur, qui se consacre aujourd’hui à la diffusion des Sciences de la Terre au travers d’une structure nommée GeolExplo. Cette micro-entreprise s’attache à développer différents canaux et méthodes de diffusion de la géologie en imaginant notamment de nouvelles formes de communication entre laboratoires de recherche et grand public. Une réflexion est également menée sur de nouvelles sources de financement de la recherche en Sciences de la Terre par le grand public.