Geops (Geosciences Paris Sud)


Nos tutelles

CNRS

Nos liens

Rechercher




Accueil > Actualités

Soutenance de thèse de Julius Nouet - 9 avril 14h30

Soutenance de thèse de Julius Nouet

Caractérisations physico-chimiques des biominéraux carbonatés de Mollusques actuels et fossiles : cas des structures entrecroisées

La soutenance de thèse se tiendra le mercredi 9 avril 2014 à 14H30 dans la salle de conférence du 2ème étage du laboratoire IDES (Université Paris Sud, bâtiment 504)

- Mme Yannicke DAUPHIN, Maitre de conférence, Universités Paris Sud et Pierre et Marie Curie (Directrice de thèse)
- Mr Luc ORTLIEB, Directeur de recherche émérite, Université Pierre et Marie Curie (Rapporteur)
- Mr Gilles LUQUET, Professeur, Muséum National d’Histoire Naturelle (Rapporteur)
- Mr Alain BARONNET, Professeur émérite, Université Aix-Marseille (Examinateur)
- Mme Corinne CHEVALLARD, Chercheuse CEA, Saclay (Examinatrice)
- Mme Cécile QUANTIN, Professeur, Université Paris Sud (Examinatrice )
- Mr Jean-Philip BRUGAL, Directeur de recherche, UMR LAMPEA - Aix-en-Provence (Examinateur)

Résumé :

Parmi la diversité des types microstructuraux que l’on peut trouver dans les coquilles des Mollusques, les architectures entrecroisées (lamellaire-croisé, lamellaire-croisé complexe, folié-croisé) sont de loin les plus abondantes. Mais elles restent, de par leurs organisations tridimensionnelles complexes, peu documentées : la majorité des études de biominéralisation, et les différents modèles qui en découlent, sont en effet essentiellement basés sur des architectures plus simples (telles que les couches nacrées ou prismatiques). Or il convient, si l’on souhaite aboutir à une meilleure compréhension des mécanismes fondamentaux qui dirigent la minéralisation de ces biocarbonates, de vérifier dans quelle mesure les modèles développés à partir de coquilles ”simples” sont aussi applicables à des organisations microstructurales plus complexes.

Cette étude se focalise donc sur les couches entrecroisées des coquilles de quelques Mollusques, dans le but de mettre en évidence les différents niveaux du contrôle biologique que l’organisme exerce sur leur formation et leur croissance. À cette fin, des techniques de caractérisation in-situ des assemblages organiques sont privilégiées, en relation étroite avec l’analyse des organisations microstructurales et des mécanismes de biocristallisation à fine échelle. Quelques aspects de la diagénèse de ces microstructures seront aussi abordés, à travers l’étude de coquilles fossiles de Patella sp. ( 100 ka) et Velates perversus ( 50 Ma).

Mots clés : Biominéralisation, Coquille, Mollusque, Microstructure, Diagénèse

Among the variety of microstructural types that can be found within Molluscs shells, intercrossed structures (crossed-lamellar, complex crossed-lamellar and cross-foliated) are by far the most commonly found. They are, however, still poorly documented - mainly due to their complex 3D organization. The majority of biomineralization studies, and the resulting models, are indeed essentially based on simple architectures (such as nacreous or prismatic layers). In order to achieve a better understanding of the fundamental mechanisms that drive the mineralization of such biocarbonates, it is therefore mandatory to check to which extent models developed from « simple » shells stay consistent when applied to more complex microstructural organizations.

The present study focuses on intercrossed layers of several Mollusk shells, in order to highlight the various levels of biological control exerted by the organism on their formation and growth. In-situ techniques are used to characterize biochemical compositions, in close correlation with microstructural patterns, as well as fine-scale biocrystallization processes. Some peculiar features of the diagenesis of these microstructures are illustrated, through the study of fossil shells from Patella sp. ( 100 ky) and Velates perversus ( 50 My).

Keywords : Biomineralization, Mollusc, Shell, Microstructure, Diagenesis