Geops (Geosciences Paris Sud)


Nos tutelles

CNRS

Nos liens

Rechercher




Accueil > Actualités

Effondrements de flancs catastrophiques aux Açores

Grands effondrements de flanc catastrophiques sur une ride volcanique escarpée : Pico – Faial (Point Triple des Açores)

A.C.G. Costa, F.O.Marques, A. Hildenbrand, A.L.R. Sibrant, C.M.S. Catita, 2014, Large-scale catastrophic flank collapses in a steep volcanic ridge : The Pico–Faial Ridge, Azores Triple Junction
(publié dans Journal of Volcanology and Geothermal Research le 15 février 2014)
contact : acgcosta@fc.ul.pt

Les effondrements de flanc sont des phénomènes communs dans l’évolution géologique des îles volcaniques. De tels phénomènes peuvent se produire de manière catastrophique et générer des tsunamis destructeurs. Des événements volumineux se sont déjà produits dans le passé dans de nombreux archipels, notamment dans l’Atlantique (Canaries, Cap Vert, Antilles).

Dans cette étude menée par une doctorante d’IDES (A.Costa), les chercheurs mettent en évidence pour la première fois plusieurs grands effondrements catastrophiques sur le flanc nord de l’île de Pico aux Açores. L’étude est basée sur (1) l’analyse de la morphologie aérienne et sous-marine à partir de données topographiques et bathymétriques à haute-résolution, (2) de nouvelles données et observations sur le terrain focalisées sur le flanc Nord, et (3) la datation de coulées volcaniques recouvrant les structures de déstabilisation.

Le flanc nord de l’île de Pico est marqué par deux dépressions arquées ouvertes vers la mer (Figs. 1 et 2). Dans le domaine sous-marin adjacent à la cicatrice principale, nous avons identifié un important champ de débris. Ce dépôt a une longueur maximale de 20 km, et couvre une superficie d’environ 150 km2. Il est composé de blocs hectométriques, et a un volume estimé entre 4km3 et 10 km3. La propagation des débris vers l´Est a été visiblement chenalisée par la pente du canal sous-marin étroit entre les îles de Pico et S. Jorge. La datation K/Ar dans notre Laboratoire des coulées de lave échantillonnées sur le terrain donne un âge minimal d’environ 70 000 ans pour ces grands effondrements de flanc catastrophique.

Figure 1

Figure 2