Geops (Geosciences Paris Sud)


Nos tutelles

CNRS

Nos liens

Rechercher




Accueil > Recherche > Thèses / HDR > Thèses soutenues > 2013

28/01/2013 - MOTAVALLIANBARAN Seyed Hani

Détermination d’un modèle lithosphérique sous la chaîne centrale de l’Alborz basé sur l’interprétation intégrée de données gravimétriques, du géoïde et de la topographie

  • Thèse en cotutelle
  • Directeurs : Hermann ZEYEN (IDES) & Ebrahimzadeh ARDESTANI (Téhéran, Iran)
  • Financement : BGF

La chaîne de l’Alborz située dans le nord de l’Iran à proximité de la capitale Téhéran est une partie des orgènes alpins qui forment une succession de hauts reliefs depuis les Pyrénées à l’ouest jusqu’à l’Himalaya à l’est. Ces orogènes sont bien étudiés en Europe et dans l’Himalaya, mais on sait peu concernant la structure profonde de la lithosphère autour de l’Alborz. Pourtant, cette région est tectoniquement très active avec des volcans actifs jusqu’à un passé géologiquement très récent et une importante activité sismique. Le but de cette thèse est de déterminer la structure et la distribution des températures en trois dimensions sous la chaîne de l’Alborz et les zones voisines, surtout la Mer Caspienne jusqu’à une profondeur de 200 km. Les résultats vont servir à calculer la structure rhéologique de la lithosphère dans la région, information de base pour modéliser et comprendre la distribution des contraintes et des déformations actives. La modélisation est basée sur un algorithme qui intègre des données thermiques (flux de chaleur sortant de la surface de la Terre), gravimétriques, la forme du géoïde (surface équipotentielle de la Terre) et la topographie. On utilise le fait que des variations de densités des roches à faible profondeur (dizaines de km) se reflètent dans les variations de pesanteur, à plus grande profondeur, ces variations sont visibles dans les variations du géoïde et la topographie indique la densité moyenne de la lithosphère. En plus, les densités des roches dépendent de la température, ce qui permet de coupler le modèle de densité avec celui de la distribution des températures. Cette méthode a été utilisée dans différentes régions en deux dimensions. Pendant sa thèse, Mr. Motavalli va élargir l’algorithme pour pouvoir construire un modèle en trois dimensions, plus adapté aux structures de la zone d’étude.